Rires impertinents (2) – Être une femme – Harcèlement sexuel

© Maro De Angelis

Nous poursuivons la publication de la synthèse du débat et des dessins projetés durant la Conférence du festival « Internazionale à Ferrara 2018 » (#intfe). une conférence organisée par LIBREXPRESSION, avec trois grandes dessinatrice de presse: Marilena Nardi, Anne Derenne et Zainab Fasiki. cette seconde partie avait pour thème le harcèlement sexuel.

Harcèlement et chantage sexuels

Pour les personnes voyantes, le regard est inextinguible, il se porte sur monde qui l’entoure, se détourne du laid et s’arrête sur le beau. On dit que le regard est la porte de l’âme, mais il peut aussi être l’expression de la concupiscence. Le premier contact entre deux personnes passe par le regard et cette première impression – souvent contredite une fois connue – détermine l’empathie, la sympathie ou l’antipathie. Le regard est aussi le véhicule de la sexualité et de la sensualité, du désir ou de la répulsion. Le désir passe par le regard et vice versa. Dans la relation homme-femme, il y a toujours un jeu entre la femme qui essaie de plaire et l’homme de conquérir. Ainsi, l’homme regarde et la femme regardée se plait à être regardée. C’est la base de la féminité exprimée en particulier dans la mode, dans le maquillage, etc..

Regards et sifflets


Cependant, il serait faux de considérer que seul l’homme regarde et seul l’homme a des désirs, la femme aussi aime regarder et, elle aussi ressent du désir ou peut être sensible à la beauté d’un corps masculin (ou féminin) et le désirer. C’est le grand jeu de la sexualité et du désir. Pour que le désir existe, et éventuellement soit suivi d’une relation sexuelle, les hommes et les femmes doivent accepter d’être un objet sexuel dans le fantasme de l’autre. L’absence de désir est créateur de désordres, pousse à la recherche de quelque chose d’autre à la seule jouissance (même solitaire) et pourrait également être fin à la sociabilité.

Cela ne signifie pas, cependant,  que cette acceptation d’être un objet sexuel dans le fantasme de l’autre conduise à accepter d’être dans le fantasme de n’importe quel autre. Parce qu’avant d’être un homme ou une femme, l’être humain est avant tout une personne et, en tant que telle, doit être respectée pour ce qu’elle est, quel que soit son sexe et au-delà de toute forme de sensualité et de désir.

Desirs inappropriés


Le désir ne signifie pas la satisfaction immédiate de celui-ci, l’expression de ce désir par l’agression ou le harcèlement sexuel, trop souvent considéré par les hommes comme une preuve de virilité. Cela ne signifie pas que l’acceptation d’être un objet sexuel dans le fantasme de l’autre doive conduire à un comportement inapproprié, dans la rue, au travail dans des relations professionnelles ou dans la famille, comme cela se produit trop souvent. Regarder ne veut pas dire se déshabiller avec le regard, désirer ne signifie pas satisfaire le désir, toucher, harceler, considérer la femme comme une proie à pourchasser, etc. Parce que le désir doit être partagé, il doit résulter d’un choix libre entre deux partenaires respectueux l’un de l’autre.

Harcèlement au travail


Ce simple bon sens semble malheureusement être loin de la réalité vécue par les femmes. Les statistiques européennes et celles des Nations Unies convergent pour décrire les attitudes honteuses des hommes: 55% de femmes, en moyenne dans l’UE-28, ont été confrontées à l’une ou plusieurs formes de harcèlement, et elles sont nombreuses:
– Attouchements, caresses ou baisers non désirés ;
– Commentaires ou plaisanteries sexuellement suggestives et offensantes,
– Invitations inappropriées pour des rendez-vous,
– Questions intrusives offensantes sur la vie privée,
– Commentaires intrusifs sur l’apparence physique,
– Regards insistants inappropriés ou intimidants,
– Envoi ou exhibition d’images, de photos ou de cadeaux sexuellement implicites,
– Exposition indécente du corps ou du sexe,
– Contrainte à regarder du matériel pornographique,
– E-mails ou messages SMS sexuellement explicites non souhaités,
– Avances inappropriées sur les réseaux sociaux…

Harcèlement en rue


Ces formes de harcèlement rendent la vie des femmes difficile, voire dangereuse, à la maison, dans la rue, au travail. Une situation inacceptable qui doit cesser.

Information sur le harcèlement et les violences sexuelles:
– UN Women United nations Entity for Gender Equality and the Empowerment of women. Link to “Fast facts: statistics on violence against women and girls”  http://www.endvawnow.org/en/articles/299-faits-en-un-coup-doeil-statistiques-sur-la-violence-a-legard-des-femmes.html
-Consequences and costs of violence against women and girls: http://www.endvawnow.org/en/articles/301-consequences-and-costs-.html?next=302
-European Union Agency for Fundamental Rights (FRA): “Violence against women an Eu-wide survey. Main result report”, March 2014. Link to download the report: http://fra.europa.eu/en/publication/2014/violence-against-women-eu-wide-survey-main-results-report
Seguiteci sui social network:

Auteur

Economiste et historien, directeur du Centre LIBREXPRESSION, fondation Giuseppe di Vagno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *