La Fondation Giuseppe di Vagno

La Fondation Giuseppe Di Vagno (1889-1921)

Histoire

La Fondation porte le nom Giuseppe Di Vagno (1889-1921), député socialiste, né à Conversano, fut l’objet d’un attentat par des escadrons fascistes, attentat auquel il n’ a pas survécu à Mola di Bari, où il est mort le 25 Septembre 1921. Il fut – primauté douloureuse – le premier parlementaire italien assassiné par des fascistes et pour cette raison il est souvent appelé « les Matteotti du Sud » par analogie avec Giacomo Matteotti, enlevé et tué par les fascistes le 10 juin 1924.
La Fondation tire son origine et son inspiration de l’Institut de la culture socialiste « Giuseppe Di Vagno » créé à Bari, fin 1943, par l’historien Antonio Lucarelli, avec pour objectif  la défense des valeurs de la liberté, du respect mutuel, de la dignité des travailleurs et des droits de l’homme. Il a été formellement transformé en Fondation à la fin des années 1970 à des fins exclusivement culturelles.
La Fondation est reconnue au niveau national italien (tableau Triennale du ministère du Patrimoine et de la Culture), de l’Union européenne (soutien de la Représentation de la Commission européenne en Italie) et International (membre du réseau de magazines culturels européens « Eurozine »).

Siège

La Fondation Di Vagno est située à Conversano (province de BARI) à l’intérieur du monastère historique de San Benedetto, appelé « Monstrum Apuliae », dont la construction remonte au XIe siècle. Le siège occupe actuellement environ 400 mètres carrés accordés par la municipalité – propriétaire –  et prêté gratuitement. L’espace sera doublé d’ici 2020, avec la réalisation du projet de «greniers de la connaissance», financé à la suite de l’appel d’offres régional « Smart In Puglia – Bibliothèque communautaire » remporté par la Fondation.


 Philosophie

Le « travail culturel » et le programme intense de la Fondation Di Vagno sont basés sur la Mémoire qui vit aujourd’hui dans le présent et dans le contemporanéité, avec un regard sur l’avenir. Dans un monde en pleine crise démocratique, économique et sociale, alimentée par l’accroissement des inégalités, dans un monde où l’état de droit, des libertés fondamentales, notamment de la liberté d’expression sont de plus en plus à risque, il est essentiel de contrer les tendances populistes avec la force des idées, de la culture et de la connaissance, et en contribuant à l’information et à l’éducation politique des citoyens.

Activités

1 – Publications
En collaboration avec la Chambre des Députés, la Fondation a promu la publication, en trois volumes (2004, 2006 et 2011), de la recherche historiographique organique dédiée à Giuseppe Di Vagno.
– Il a édité d’autres volumes de recherches historiques, sur Donato Jaja (Ed. Parnaso, 2009), sur Carteggio Salvemini-Patrono et sur Carteggio Jaia.
– Elle participe à des études et recherches historiques.
– Elle publie la revue quadrimestrielle « Quaderni della Fondazione » et son supplément trimestriel en ligne « PAGINA » (directeur Lino Patruno).
– Elle publie, depuis 2016, les catalogues d’expositions organisées par son Centre LIBREXPRESSION.
– En 2018 débutera la « Collection de la Fondation » chez l’éditeur Rubbettino.

2 – Les archives historiques de la mémoire socialiste et démocratique des Pouilles, contiennent environ 60 fonds (papier, photographique, audiovisuel) de personnalités et centres apuliens, pas seulement socialistes, la collection du journal socialiste l’ Avanti! du 1er numéro de 1893 à 1926 ainsi que de nombreux documents, archives et collections de haute valeur historique. Ces Archives historiques du socialisme des Pouilles ont contribué à unifier les sources d’un mouvement politique qui a eu une dimension nationale tout au long du XXe siècle et un rôle de premier plan, parmi les plus originaux de la tradition socialiste italienne, non seulement au niveau régional, comme l’ont confirmé chercheurs et experts. A présent, ces Archives de la Mémoire Démocratique ont pour fonction de collecter des documents, ce qui reste un des objectifs prioritaires de la Fondation, mais aussi et surtout d’étudier et de faire des recherches relatives à l’histoire du Sud, dont la meilleure connaissance pourrait servir à planifier l’avenir en s’ouvrant à la naissance de cultures démocratiques autres que socialiste et à des régions autres que les Pouilles. Les archives de la fondation peuvent être consultées sur le lien suivant https://fondazionedivagno.archiui.it

3 – Bibliothèque et « les greniers de la connaissance »
La bibliothèque, ouverte au public, est spécialisée dans l’histoire contemporaine. Mise à jour annuellement, elle compte actuellement environ 14 000 volumes. Elle est inscrite dans le système national italien des bibliothèques SBN et elle est reconnue comme une institution publique d’intérêt local, par décret du Conseil régional n. 327 du 11/03/2008.
Dans le cadre du projet, en construction, « Les greniers de la connaissance« , la Bibliothèque deviendra le nouveau centre vital de la Fondation avec le rôle d’un institut moderne de la culture basé sur la mémoire et projeté dans le futur par l’intérêt apporté aux transformations et aux grands changements qui traversent le monde. C’est un projet de BIBLIOTHÈQUE COMMUNAUTAIRE, vivante et vécue 365 jours par an, L’objectif est d’offrir des services innovants pour la promotion de la lecture et de la culture tout en constituant un lieu central de participation et de cohésion culturelle de la communauté. Il est constitué à l’intersection de la spécificité de la bibliothèque de la Fondation (presque unique dans les Pouilles) et du prolongement naturel des activités qui constituent les piliers de la mission de la fondation de Vagno, à savoir : la formation, les séminaires, festivals, expositions, les recherches et les publications. Avec une dimension territoriale, nationale, européenne et euro-méditerranéenne.
L’objectif est de promouvoir la culture de la légalité, de contribuer activement à l’éducation, à la formation et à la connaissance des populations du territoire, y compris les immigrants qui s’installent en Italie, mais aussi celles des pays les plus proches, notamment les Balkans et des rives méridionales de la Méditerranée, où la connaissance de la culture italienne et européenne peut devenir un instrument de paix, d’amitié et de collaboration. L’objectif sera donc l’européanisation et l’internationalisation des activités de promotion culturelle.
Dans ce contexte, les « greniers de la connaissance » sont conçus comme une charnière entre la Méditerranée et l’Europe.

4 – Événements, conférences, expositions et festivals
La Fondation organise annuellement:
– Des expositions historiques, documentaires et de satirique politique ;
– Des conférences d’étude;
– Depuis 2004, le festival culturel et politique annuel « LectorinFabula », festival culturel européen (www.lectorinfabula.eu) et, à partir de 2017, son complément « LectorinTavola ».
– L’Ecole de Bonne Politique, destinée aux jeunes lycéens et aux étudiants universitaires.


5 – Prix de recherche biennal Giuseppe di Vagno
La Fondation gère la prix biennal Giuseppe Di Vagno, prix pour la recherche – en accord avec la présidence du Conseil des ministres et le Ministère de la Culture (loi n° 86 du 15/06/2015), d’un montant de €  40.000,00 réservé aux Docteurs de Recherche italiens et étrangers âgés de moins de 32 ans.

Le Centre euro-méditerranéen LIBREXPRESSION

Depuis 2017, sous l’impulsion de Thierry Vissol, qui en assure la direction, la Fondation accueille le Centre euro-méditerranéen LIBREXPRESSION, pour la promotion de la liberté d’expression et de la satire politique, pierre angulaire de la démocratie et des droits de l’homme.
Le centre constitue l’une des dimensions du projet  «greniers de la connaissance». Il permettra à la Fondation de poursuivre les activités de formation et de lancer de nouvelles expériences de citoyenneté active et de participation liées à la liberté d’expression et au droit à l’information. Le but est de fournir aux jeunes en particulier mais aussi aux citoyens en général des outils, des méthodes et une culture afin de favoriser un débat démocratique sain, basé sur le débat contradictoire, où les arguments vont au-delà des slogans et des invectives.